TIR SPORTIF
Gérer le stress des compétitions 09081710

Rejoignez le forum, c’est rapide et facile

TIR SPORTIF
Gérer le stress des compétitions 09081710
TIR SPORTIF
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le deal à ne pas rater :
Manga Spy x Family Tome 13 édition Collector : où le précommander ?
14.50 €
Voir le deal

Gérer le stress des compétitions

+13
Wally26
LEVY-BENCHETON Gabriel
gdev00
dufour
bibi53
COMTE
marcou-soule
twister
Fred dite Marinette
jicé
CHARLIER
2x10bus
Lawman68
17 participants

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

Gérer le stress des compétitions Empty Gérer le stress des compétitions

Message par Lawman68 Lun 8 Sep - 16:12

Salut,

J'aimerai avoir quelques recettes ou méthodes permettant d'enlever ce fichu stress qui me paralyse pendant les compétitions. Je n'arrive pas à me contrôler. En entrainement, pas de soucis, même lorsqu'on fait des mini-matchs tests, j'arrive à gérer plus ou moins. Par contre, dés que cela compte, c'est la cata. Même pour des matchs inter sociétés, mon pouls s'emballe (contrôlé à 124 bpm avant le match !!), les mains moites et je tremble, mettant même de la force involontaire dans mes muscles. C'est pitoyable, les copains ne savent plus quoi faire, ils m'ont donné un tas de recettes et m'ont bourré le crâne de "tu dois te relâcher" "y a pas d'enjeu" etc… rien n'y fait, je suis une bourrique. triste

A savoir : je suis pistolier, je ne stresse que pour les compets pistolet. Si je tire à la carabine (TAR, concours inter-armées etc…) tout va bien, je prends meme plaisir à faire ces matchs !!

Bref, help… pour un grand nerveux.

Lawman68
Lawman68
Membre Junior
Membre Junior

Nombre de messages : 73
Inscription le : 24/06/2014
Pays : France

Revenir en haut Aller en bas

Gérer le stress des compétitions Empty Re: Gérer le stress des compétitions

Message par 2x10bus Lun 8 Sep - 17:04

Salut,

Une méthode qui marche pas mal, tu marques tout ce qui ne va pas sur un papier, comme "je bouge trop", "il y a trop d'enjeux, je ne tiendrai pas", etc... Une fois que tu as fais la liste, tu plies la feuille et tu te dis, mes problèmes sont là (hors de toi), maintenant je suis tranquille.

Après si t'as pas trop le temps, tu respires plus profondément avec le ventre, tes poumons ne se vident jamais complètement, en faisant cela tu "changes" l'air qui reste et tu es un peu plus oxygéné.

Bon courage bigrin
2x10bus
2x10bus
Membre Junior
Membre Junior

Nombre de messages : 61
Inscription le : 21/08/2013
Pays : France

Revenir en haut Aller en bas

Gérer le stress des compétitions Empty Re: Gérer le stress des compétitions

Message par Lawman68 Lun 8 Sep - 17:46

Merci, je vais essayer… au point ou j'en suis il n'y a aucune mauvaise méthode, juste un âne bâté à convaincre… pleure
Lawman68
Lawman68
Membre Junior
Membre Junior

Nombre de messages : 73
Inscription le : 24/06/2014
Pays : France

Revenir en haut Aller en bas

Gérer le stress des compétitions Empty Re: Gérer le stress des compétitions

Message par CHARLIER Lun 8 Sep - 18:39

Tu peux aussi ne plus tirer au pistolet...comme ça, plus de stress.... siffle
CHARLIER
CHARLIER
Membre
Membre

Nombre de messages : 4238
Inscription le : 16/06/2009
Pays : france

Revenir en haut Aller en bas

Gérer le stress des compétitions Empty Re: Gérer le stress des compétitions

Message par jicé Lun 8 Sep - 19:34

salut
peut etre devrait tu faire un point sur ce qui te plait dans les disciplines ou tu ne stresses pas ,et tenter de transposer les bonnes sensations à celle que tu vis comme une torture.
A mon avis ,un tel stress est du à un manque technique qui te fais douter de toi ,et il est vrai que le 10m est stressant . On est proche du public et des autres tireurs ,on peut se sentir observer etc....
bonne soirée smwink
jicé
jicé
Membre Hyper Actif
Membre Hyper Actif

Nombre de messages : 2383
Inscription le : 17/03/2008
Pays : manche

Revenir en haut Aller en bas

Gérer le stress des compétitions Empty Re: Gérer le stress des compétitions

Message par Lawman68 Lun 8 Sep - 20:13

Merci pour vos réponses. Dans le tir, j'aime à peu prés tout. Je suis un grand stressé de la vie, j'ai toujours été comme ça, du primaire à la grande école, même lorsque je savais parfaitement mon sujet, je vivais chaque exam comme un enfer. On ne se refait pas.
Pour le manque de technique, certes elle n'est pas parfaite, qui peut le prétendre d'ailleurs, mais je ne pense pas que cela soit THE problem, je pense que j'ai surtout peur de la contre performance et de décevoir. C'est paradoxal car c'est ce qui arrive systématiquement. Meme en le sachant, je continue. Si je ne stresse pas à la carabine, c'est que ce n'est pas mon "domaine" et que personne n'attend rien de moi.
J'vais faire psychanalyser moi !!

euh
Lawman68
Lawman68
Membre Junior
Membre Junior

Nombre de messages : 73
Inscription le : 24/06/2014
Pays : France

Revenir en haut Aller en bas

Gérer le stress des compétitions Empty Re: Gérer le stress des compétitions

Message par jicé Lun 8 Sep - 20:26

oui ,en fait tu as la réponse dans ce que tu dis là , il faut se dire que personne autour de nous attend un résultat quelconque . A notre niveau ,on ne doit pas sauver l entrée d une équipe dans un grand championnat international,il n y a pas d enjeu de taille. Seuls les tireurs de haut niveau savent vraiment gérer cette préssion ,car c est leur job.
le problème est d etre trop éxigeant par rapport à son niveau réel; un tireur sait qu il ne vaut pas plus d un score donné ,la seule erreur qu on lui reprochera ,est d avoir voulu tirer un score irréaliste sur un match ,pour ne pas décevoir ses amis .
un jour , j a i vu un père réprimander sa fille de 13ans après un match ,parce qu elle n avait" pas bien tiré" selon lui ,la gamine avait fait éxactement le score qu on pouvait attendre d elle.
Mais voilà ,ce jour là ,le papa avait décidé qu elle pouvait tirer 15pts de + pour etre première.
La gamine est arrivée avec une préssion énorme ,et à quitté le pas de tir les larmes aux yeux.
Celà en vaut il la peine?
jicé
jicé
Membre Hyper Actif
Membre Hyper Actif

Nombre de messages : 2383
Inscription le : 17/03/2008
Pays : manche

Revenir en haut Aller en bas

Gérer le stress des compétitions Empty Re: Gérer le stress des compétitions

Message par Fred dite Marinette Dim 22 Fév - 15:49

Pas cool ton histoire Jicé, mais ça illustre bien la pression qu'on peut se mettre soi-même ou que les proches nous mettent (des fois pas consciemment, des fois pas du tout et c'est juste nous qui nous faisons le film tous seuls...)

Pour avoir vécu la même chose à Agen (ce n'est qu'après les 2 volées d'essai + 5 autres volées que j'ai réussi à me calmer, c'est loooooooooong... cnul ), je m'entraîne avec des cops sur la respiration profonde, et d'autres techniques de relaxation qu'on va apprendre. Zen !

Mais pour toi Lawman68 c'est peut-être plus simple : comment te concentres-tu pour la carabine ?
Fred dite Marinette
Fred dite Marinette
Membre Junior
Membre Junior

Nombre de messages : 25
Inscription le : 08/11/2014
Pays : France

Revenir en haut Aller en bas

Gérer le stress des compétitions Empty Re: Gérer le stress des compétitions

Message par Invité Dim 22 Fév - 21:39



Faut donc de la patience, et du travail


Dernière édition par shpol le Jeu 13 Aoû - 22:45, édité 1 fois
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Gérer le stress des compétitions Empty Re: Gérer le stress des compétitions

Message par twister Dim 5 Juil - 16:23

Tu te fabrique une bulle autours de toi
twister
twister
Membre
Membre

Nombre de messages : 80
Inscription le : 17/04/2007
Pays : France

Revenir en haut Aller en bas

Gérer le stress des compétitions Empty Re: Gérer le stress des compétitions

Message par Invité Lun 6 Juil - 20:48

twister a écrit:Tu te fabrique une bulle autours de toi

et the winner is....

Le pape François !
Gérer le stress des compétitions Nom-domaine-pape
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Gérer le stress des compétitions Empty Re: Gérer le stress des compétitions

Message par marcou-soule Lun 6 Juil - 21:10

Bonjour Lawman 68,
Il est vrai que le stress à toujours fait la différence dans les moments cruciaux et ce quelque soit le domaine!!
La respiration et la concentration sont les deux fondamentaux qui peuvent t'aider..
Pour ma part je pratique une autre activité que le tir qui demande de pouvoir cumuler ces deux qualité sous peine de désagréments plus ou moins sérieux.
Si près de chez toi il y a une structure qui enseigne l'apnée va faire une petite découverte de cette discipline qui te permettra de mieux te connaitre et de mieux te gérer, nous apprenons les techniques de respiration et concentration...Sur un pas de tir ou sous l'eau ton mental fait la différence , sans plus de conséquence sur un pas de tir lorsque tu ne maitrise rien qu'un tir pas vécu du début à la fin..
Voilà pour ma petite expérience et je souhaite vraiment que tu tente cette voie elle peux surement t'apporter quelque chose..
Bien cordialement
Michel
marcou-soule
marcou-soule
Membre Initié
Membre Initié

Nombre de messages : 227
Inscription le : 05/02/2013
Pays : france

Revenir en haut Aller en bas

Gérer le stress des compétitions Empty Re: Gérer le stress des compétitions

Message par COMTE Lun 6 Juil - 22:24

Pas de recette miracle pour gérer le stress en dehors d'un entraînement bien conduit qui permet d'être sûr de sa technique et de ses capacités. Cela demandera du temps de la patience, de l'assiduité, de la rigueur et j'en passe
COMTE
COMTE
Membre Actif
Membre Actif

Nombre de messages : 796
Inscription le : 22/02/2013
Pays : FRANCE

Revenir en haut Aller en bas

Gérer le stress des compétitions Empty Re: Gérer le stress des compétitions

Message par bibi53 Jeu 9 Juil - 9:16

Selon moi, une bonne gestion du stress commence déjà par le fait d'accepter que l'on stresse : on arrive le jour du match, on sait qu'il y a un enjeu et qu'on va stresser mais on le sait !

Ensuite, je pense qu'il est très important de rentrer dans un routine de match : garder le même rythme de préparation avant le match : par exemple 10minutes d'échauffement, 5 minutes à marcher derrière le pas de tir, ... l'installation au pas de tir est aussi très importante. Il faut disposer les accessoires de tir toujours de la même manière. Tous ces petits gestes de routine apportent de la confiance et permettent d'atténuer la montée du stress.

bibi53
bibi53
Membre Junior
Membre Junior

Nombre de messages : 29
Inscription le : 18/07/2009
Pays : france

Revenir en haut Aller en bas

Gérer le stress des compétitions Empty Re: Gérer le stress des compétitions

Message par COMTE Jeu 9 Juil - 10:15

Pour ceux qui l'ont voir le bouquin de L Bassham " tirer avec le mental gagneur". Il doit encore être disponible sur Amazon US.
Il y souligne l'importance des procédures avant et pendant le tir qui permettent de moins penser à autre chose que ce que l'on doit faire
COMTE
COMTE
Membre Actif
Membre Actif

Nombre de messages : 796
Inscription le : 22/02/2013
Pays : FRANCE

Revenir en haut Aller en bas

Gérer le stress des compétitions Empty Re: Gérer le stress des compétitions

Message par dufour Jeu 9 Juil - 10:40

COMTE a écrit:Pour ceux qui l'ont voir le bouquin de L Bassham " tirer avec le mental gagneur". Il doit encore être disponible sur Amazon US.
Il y souligne l'importance des procédures avant et pendant le tir qui permettent de moins penser à autre chose que ce que l'on doit faire

Ta réponse appelle une autre question relative à la gestion du stress dans le cadre des incidents de tir, surtout dans les phases vitesse en pistolet (3/7, 20' et 10' en standard, VO).

Le premier incident (s'il est admissible) est sans conséquence sur la suite du match.
En revanche, il créee un stress supplémentaire lié au fait que le doute s'installe sur la fiabilité de son matériel. D'où l'intérêt de s'appuyer plus que jamais sur sa séquence mentale et se focaliser sur ce que l'on a à faire.

Le second incident, s'il intervient, oblige à se focaliser de façon calme sur la résolution de l'incident (je rappelle qu'un seul incident est admis par phase de match).

Je me souviens d'un second incident intervenu en 3/7 en percu centrale (problème d'alimentation) au régionaux il y a 5 ou 6 ans.

Bien qu'étant facilement sujet à m'embrouiller les pinceaux quand tout ne se passe pas comme prévu, j'ai eu, ce jour là, la chance de ne pas paniquer et de réussir à résoudre l'incident et tirer dans le temps imparti - bon c'est sur c'était pas un 10 mais c'était pas un 0 non plus (avec en plus l'obligation de rajouter la cinquième cartouche à la main dans la chambre car j'avais du à éjecter la cartouche mal positionnée lors de l'incident).

En fait ayant déjà provoqué à l'entrainement ce type de problème je savais quoi faire. L'absence de stress lors de la résolution de l'incident pendant le match est probablement liée au fait que, justement, je savais quoi faire et que je me suis focalisé dessus pendant le match.
dufour
dufour
Nouveau membre
Nouveau membre

Nombre de messages : 0
Inscription le : 20/06/2017
Pays : France

Revenir en haut Aller en bas

Gérer le stress des compétitions Empty Re: Gérer le stress des compétitions

Message par COMTE Jeu 9 Juil - 11:16

Tu résumes bien la situation et sa solution. Quoique d'autres aient pu dire, l'entraînement est aussi l'endroit où l'on doit apprendre à gérer les situations difficiles. Je peux te citer le cas d'un minime de chez nous aux championnats EDT 3x10: il n'entend pas correctement les instructions et tir 20 plombs d'essai à genou; l'arbitre lui demande des explications et lui annonce qu'il lui reste 5 mn pour tirer ses 10 balles de match. Le gamin commence par un 9 et envoie 95/100 en 4 mn, puis 100/100 couché. Debout rebelote un 8, deux 10 puis un 8 inquiétude mais 6 mouches consécutives et il gagne au barrage par les mouches. Je pense que ce jour là, même s'il ne s'est pas vraiment rendu compte, il a bien géré son stress.
COMTE
COMTE
Membre Actif
Membre Actif

Nombre de messages : 796
Inscription le : 22/02/2013
Pays : FRANCE

Revenir en haut Aller en bas

Gérer le stress des compétitions Empty Re: Gérer le stress des compétitions

Message par Invité Jeu 9 Juil - 12:03

c'est reparti pour le conscient inconscient chargé

la reprise de Bassham ci dessus n'est pas suffisante pour expliquer une gestion efficace,  et pour ce qui est du jeune dont tu parles, ce n'est pas qu'il a bien géré son stress,  mais bien géré son temps bigrin (il faut lire entre les lignes ! hehe )

avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Gérer le stress des compétitions Empty Re: Gérer le stress des compétitions

Message par gdev00 Ven 10 Juil - 4:59

Oui, c'est évident !
gdev00
gdev00
Membre Hyper Actif
Membre Hyper Actif

Nombre de messages : 3795
Inscription le : 18/05/2009
Pays : France

Revenir en haut Aller en bas

Gérer le stress des compétitions Empty Re: Gérer le stress des compétitions

Message par LEVY-BENCHETON Gabriel Lun 5 Oct - 12:15

Bonjour à tous...
Quelque chose qui marche bien pour moi! En pleine compétition (à l'étranger en 1993), 1er plomb à 10m (pistolet), coup de trac - pour la première fois de ma vie : chaleur, lunettes embuées, et impossibilité de lâcher ce premier plomb. 12 minutes pour le lâcher et je fais un 5.
Honte! Mais logique... l'enjeu m'avait trop envahi.
Puis, j'ai appliqué ce que j'aurais dû faire depuis le début - se dire pas d'enjeu, mais arriver à se concentrer sur sa visée, son lâcher.
Tir sans regarder les résultats (difficile quand on tire 1 plomb par carton!!!) et essayer d'annoncer si écart ou non pour chaque plomb...
En 15 minutes, plus de trac, mais concentré sur la visée et le lâcher.
Depuis, je m'échauffe avant la série environ 30 minutes à sec (vision et lâcher - notamment se forcer à passer par le cran de mire et ne pas sauter directement au guidon)
Ainsi quand la série démarre, mon oeil s'est déjà habitué aux appareils de visée et mon index à la détente.
C'est ce qui me réussi jusqu'à aujourd'hui au 10m, et 25m (je ne fais plus de Pistolet libre).
Courage et bonne chance pour trouver la bonne méthode adaptée  ar15
LEVY-BENCHETON Gabriel
LEVY-BENCHETON Gabriel
Membre Senior
Membre Senior

Nombre de messages : 457
Inscription le : 30/09/2015
Pays : FRANCE

Revenir en haut Aller en bas

Gérer le stress des compétitions Empty Re: Gérer le stress des compétitions

Message par Wally26 Mer 6 Déc - 21:56

Bonsoir,

Concernant la pression j'en ai pris plein le figure sur les régionaux, a tel point que j'ai raté ma première série et ensuite la troisième avec 84/100 et 89/100 alors que les autres tournent autour de 95/100. Ce fut simple pour moi, une semaine de folie (pour rester poli) au taf et un moment ou j'ai pensé au planning pour un personnel qui pouvait ne pas venir lundi à 5.15 du mat. Et là déclic, j'ai tout lâcher pris la gourde et bu une gorgée, tu te remets en question et te dis que là tu craques complet mon garçon. L'art du bon tir: no pensée, no stress et concentration optimum sur le moment présent. OK très facile à dire pas facile à faire, je l'accorde du coup je me suis dit que de toute façon cette personne voulait me "craquer" le weekend, alors laisse tomber et concentre toi sur l'instant présent.
Regarde autour de toi et prend un repère qui te change les idées, une personne dans la foule, un objet, ou autres.
Après à toi de faire le vide dans la tête, et travaille cela au entrainements, avec un collègue c'est concours de blagues, concentration et tir. Du coup distraction et concentration en quelques secondes.
Suis pas de bon conseil mais bon cela vaut ce que ça vaut.
@++ et au plaisir
Wally26
Wally26
Membre Junior
Membre Junior

Nombre de messages : 54
Inscription le : 19/11/2017
Pays : France

Revenir en haut Aller en bas

Gérer le stress des compétitions Empty Re: Gérer le stress des compétitions

Message par Air Force Mer 6 Déc - 22:08

Bonne longue lecture..
smwink

[b]LE TRAC (Par J-P AMAT) 1 [/b]

- Introduction 2
- Fonctions du système nerveux sympathique dans le stress
3 - Pensées négatives à éviter Le temps est généralement synonyme d érosion, de destruction ou de disparition. Il nous réserve pourtant quelques pirouettes spectaculaires et l on constate parfois des résurrections que l on n espérait plus. Les amis de la nature ont ainsi vu quelques espèces animales passer en peu de temps du rang de nuisibles à celui d espèces protégées et retrouver rapidement la place qui fut la leur jadis dans nos champs et jardins. L espèce honnie que je voudrais réhabiliter aujourd hui est répandue sur tous les pas de tir ; sa destruction systématique par voie chimique n est heureusement que le fait de quelques exceptions, mais autant essayer de changer dès maintenant les comportements à son égard avant qu il ne soit irrémédiablement classé parmi les nuisibles. Cette petite bête sympathique au pelage camouflé, que l on exhibe ou que l on cache honteusement selon le cas, est connue de nous tous et dissimule son identité derrière différentes identités dont la plus célèbre comporte quatre lettres seulement : TRAC.Curieuse appellation dont on ne sait déterminer les origines, ce qui importe peu après tout si l on convient qu il est moins important de connaître un patronyme plutôt que ce qu il représente. Entre autres mises au point, je voudrais commencer par rappeler ce qu est réellement le trac avant de revenir sur la façon dont il intervient sur chacun de nous qui avons franchi un jour le pas de la compétition. En espérant donner plus de poids à mes arguments et aussi parce que c est la source de mes connaissances sur ce sujet, je voudrais citer intégralement un paragraphe du livre : Physiologie humaine de Vander, Sherman et Luciano (Collection Mac Graw-Hill, éditeur Montréal) : Fonctions du système nerveux sympathique dans le stress. La liste des principaux effets de l augmentation de l activité sympathique générale constitue presque un inventaire des moyens dont nous disposons pour faire face à toute circonstance critique. 1. Augmentation de la glycogénolise hépatique et musculaire (qui fournit une source toute prête de glucose). 2. Augmentation de la libération des triglycérides du tissus adipeux (qui fournit une source de glycérol pour la néoglucogenèse et d acides gras pour l oxydation). 3. Augmentation des réactions d éveil et d alerte du système nerveux central. 4. Augmentation de la contractilité du muscle squelettique et diminution de la fatigue. 5. Augmentation du débit cardiaque, secondaire à l augmentation de la contractilité cardiaque et de la fréquence aussi bien que du retour veineux (veino-constriction). Déplacement du sang des viscères vers les muscles squelettiques par vasoconstriction dans le lit capillaire des premiers et vasodilatation dans le lit capillaire des seconds. 6. Augmentation de la ventilation. 7. Augmentation de la coagulabilité du sang. Le caractère adaptatif de ces réponses à la situation faire face ou fuir est évidente. Ce qui nous importe est une question de fond et ressort par deux fois dans ce passage : le trac est essentiellement destiné à rendre un individu plus performant dans une situation qu il juge critique. Il agit à la manière d un turbo, ponctuellement, en réponse à une sollicitation du système nerveux central qui a jugé de la nécessité de son déclenchement. Savoir comment un tel système aussi complexe et aussi parfait dans sa forme est devenu un standard de l espèce humaine (il est inscrit dans nos gènes au même titre que la faculté de parler ou la couleur des yeux) est bien délicat. Ce dont on peut par contre être quasiment certain c est la manière dont il s est généralisé : par le biais de la sélection naturelle. Seuls les êtres qui furent dotés de ce système tel que nous le connaissons, ou sous une forme plus primitive, ont réussi grâce à lui à survivre dans un environnement infiniment plus hostile que le nôtre. Au fil des générations le trac s est donc imprimé dans notre génome et nous le retrouvons aujourd hui quelque peu détourné de sa destination première puisqu à de rares exceptions près nous n avons plus à faire appel à lui pour nous sauver la vie. Il est par contre des circonstances artificielles dans lesquelles nous nous retrouvons tellement investis que ce vieil atavisme ressort et déclenche sa panoplie de secouriste physiologique : les compétitions. Le tireur débutant ou ignorant de ces faits et qui s y trouve confronté le reconnaît instantanément. C est d autant plus facile que les manifestations de cet état sont largement commentées dans notre milieu, on peut même dire qu elles sont le thème favori d une certaine culture de l échec qui les utilise comme alibi. Qui n a pas déjà entendu une discussion de sortie du pas de tir décrivant par le menu des battements de coeur à faire crouler les murs de Jericho ou des tremblements qui suffiraient à repeindre la tour Eiffel? L auto-dérision a d ailleurs une place de choix dans ces exposés, peut-être simplement pour constituer déjà une punition que l on sent méritée mais dont on n ose ni ne sait où chercher les vrais raisons. Il me semble qu elles résident dans les faits suivants. Je ne nie pas que certains effets du trac puissent avoir des conséquences perturbatrices sur le tir, battement de coeur et stabilité par exemple, mais j affirme que cela intervient dans des proportions moindres que ce qui est rapporté généralement. Dans le cas contraire comment serait-il possible pour certains tireurs de réaliser des points extraordinaires alors qu ils sont visiblement, et comme tout individu, sujets au trac? Pensées négatives à éviter. Ce qui empêche un tireur X de réaliser ses points habituels en pareil circonstance réside pour une part dans ce que nous avons appelé plus haut une culture de l échec . Ce tireur a tellement entendu de choses négatives au sujet du trac, il a vu si souvent cette notion associée à celle d échec voire de catastrophe, qu il ne doute pas une seconde qu il va subircette fatalité. Il se trouve dès lors sur la défensive et va faire ce que ferait tout homme face à son ennemi : il l observe. Il commence par estimer le rythme cardiaque, constater la moiteur des mains, sentir la chaleur des oreilles, essayer de raisonner une certaine fébrilité, bref, il fait exactement ce qu il faut pour renforcer ce trac et rentrer dans une spirale infernale. Voilà comment fonctionne cette spirale. 1. Je pense que le trac est un facteur limitant de la performance. 2. Je constate la présence de trac, donc je pense que je ne vais pas très bien tirer. 3. Cette perspective renforce le caractère d urgence de la situation et incite donc le système nerveux central à préparer une réponse encore plus adaptée, c est à dire à augmenter le trac. 4. Je constate cette augmentation qui m incite à penser que je vais tirer encore plus mal. 5. Cette perspective renforce...à partir de là la boucle est bouclée, on peut continuer longtemps de la sorte et on retrouve un tireur qui est réellement empêché de tirer. J ai eu l occasion de constater ce phénomène (les physiologistes l appellent le bio-feedback ) lors d une finale de championnat de France où certains des finalistes étaient équipés de sport-testeurs . Ces appareils sont destinés à enregistrer les fréquences cardiaques. Ils comprennent une sorte de ceinture entourant la poitrine et intégrant un émetteur, ainsi qu une montre qui sert à la fois d afficheur instantané et d enregistreur. Branché de la sorte le sportif peut contrôler à tout moment sa propre fréquence cardiaque. Pendant la phase préparatoire, avant même les dix minutes de préparation officielle, et en l absence de tout effort physique, j ai observé ma fréquence cardiaque qui n était bien sûr déjà plus (trac oblige) une fréquence de repos. Cette observation parfaitement objective jouait à fond son rôle d informateur biologique et de coup d oeil en regard angoissé, la montre a indiqué jusqu à 156 pulsations minute! A ce stade on pouvait parler de gène. La montre a donc vite glissé dans une poche pour se faire oublier. Si l on rencontre cette spirale infernale, il est vrai que l on a peu de chances d en sortir intact. Observer son trac c est le renforcer, le renforcer c est faciliter son observation et ainsi de suite. On peut arriver de la sorte à des paroxysmes qui ne mettent plus seulement en jeu les capacités du tireur à réussir son match mais déjà presque sa santé. Comment échapper à cette fatalité? Nous laisserons bien sûr de côté les moyens illégaux qui consistent à traiter chimiquement la question. En plus d être un tricherie patentée, signe de mépris envers ceux à qui on s oppose, c est la solution la plus pauvre humainement, celle qui ramène le tireur au rang de distillateur de pilule. Méprisable. Le trac est une aide La solution, en tous les cas une des solutions que je sais être efficace, consiste à prendre le mal à la racine, à faire confiance à messieurs Mac Graw-Hill et Luciano et admettre une fois pour toutes que le trac est une aide. Ce constat est nécessaire pour échapper à la spirale infernale . Mais c est une aide qui n est pas gratuite dans le sens où elle nécessite un minimum d efforts de la part de celui qui en bénéficie. L état physiologique qu il provoque ne va pas nous apprendre subitement à faire des dix (je ne crois d ailleurs pas qu un tel système quel qu il soit existe!). En revanche, il facilitera les processus qui ordinairement conduisent à bien tirer. Il faut donc que je donne de la technique et des efforts en pâture à cette pauvre bête fauve qui me le rendra au décuple. Pour reprendre l image du turbo que nous évoquions, le turbo tout seul ne fait pas avancer la machine mais quand la machine tourne normalement alors il est capable d en augmenter sérieusement le rendement. Revenons au concret. Si le tireur échappe au premier piège que constitue la spirale , il va se retrouver face à sa cible avec une formidable envie de bien faire. Parmi les moyens physiologiques mis à disposition par le trac, je vous rappelle qu il y a augmentation des réactions d éveil et d alerte du système nerveux central, c est à dire le meilleur de ce que peut souhaiter un tireur. Il va donc devoir choisir quelques sujets d attention qu il connaît comme étant payants et devra s y tenir. Cette suite de sujets est connue sous le nom de séquence mentale. Chez un tireur normalement entraîné qui a fait le tri entre les automatismes et les points qui réclament une attention de tous les instants, la séquence peut se limiter à cinq ou six points clés parmi lesquels on peut citer par exemple sans trop de chances de se tromper : vérification globale ou sur deux ou trois points de la position, préparation de la détente, attention extrême sur la visée, tenue au départ du coup (ceci étant vérifié pour un carabinier, les pistoliers transformeront sûrement les vérifications de positions par tenue de l arme et apporteront peutêtre un complément d attention pour le lâcher). Il ne reste alors plus qu à se tenir à cette séquence et donner toute l énergie dont on dispose pour réussir au mieux. Le trac ne jouera son effet turbo à plein que si le tireur est actif techniquement. Savoir bien tirer avec le trac c est ça, en tous les cas c est au moins ça, et rien d autre. Il n y a aucune autre magie, aucun truc, mais une rigueur et un choix de départ: on peut bien tirer avec un fort trac. Pour quelques tireurs très entraînés je dirais même que l on ne peut bien tirer qu avec le trac, les exemples et les témoignages abondent dans ce sens. Je pense par ailleurs que je ne répondrais pas à toutes les attentes sur de sujet si l on ne parlait pas des tireurs qui perdent systématiquement plusieurs dizaines de points lors des grandes rencontres, les champions du monde de l entraînement qui se désolent de ne pas être aux grands rendez-vous. L analyse qui va suivre ne prétend pas être parfaite ni exhaustive ni même correspondre à tous ces cas qui sont un peu la pathologie type de notre sport, mais certains pourrons peutêtre y retrouver leurs billes, alors allons-y. On reste dans le domaine du trac et les réponses se trouvent dans ce qui a précédé mais ce cap difficile qui s avère souvent déterminant dans la carrière d un tireur doit commencer à être traité en dehors du pas de tir. Notre tireur X réalise de belles performances à l entraînement, performances qui peuvent légitimement lui laisser espérer une place dans une finale voire un podium national en attendant le niveau international. Ce tireur est habitué à ses conditions d entraînement, chez lui, dans un environnement amical sans surprise, souvent motivant par la présence d autres bons tireurs ou de personnes de son entourage qui admirent ses résultats. Dans son cocon il tire techniquement bien avec une part de concentration sur des points importants et une part d automatismes aussi. On entendra ici par automatismes des morceaux de séquence de tir qui sont correctement effectués sans avoir besoin d y apporter une attention particulière ; la machine est sur les rails et roule toute seule. En changeant de milieu ou de circonstances, il pense qu il sera jugé sur le résultat avant tout. Ce résultat qui passait auparavant au second plan va arriver sur le devant de la scène sous forme de pensées parasites du type :? Il faut que je fasse au moins X points.? Si je fais encore un 8 dans cette passe je vais être en dessous de ma moyenne.? Celui-là que je bats à l entraînement va me passer devant si je tire mal, etc... En cherchant bien, chacun de nous doit encore avoir à l esprit des traces de ce type de réflexions. Ce tireur se trouve donc sur la défensive. Le gros de son attention se porte sur la tentative de prédiction du résultat final. Pour les plus négatifs, cette prédiction s accompagne des conséquences probables ainsi que des raisons qu il faudra donner (au premier rang desquelles :le trac) pour expliquer l échec. Dans un cas un peu meilleur, le tireur se contentera d observer son tir, s attendant à voir se matérialiser sous la forme d un bon résultat les heures d entraînement passées au stand. Dans tous les cas, notre tireur a oublié une chose : une bonne balle n est jamais un dû! Elle doit être méritée, elle nécessite que l on soit actif!reprenons ce que nous disions plus haut : le trac est un animal qui se nourrit de technique et de sueur, c est à ce prix qu il joue son rôle ; il faudra donc que notre tireur ait un projet d action et qu il s efforce de le mettre en oeuvre tout au long de son match. Le résultat n est qu une conséquence de cette application, le fruit d une opération mathématique, sans parler des cordons , et le classement est encore moins contrôlable puisqu il dépend de la performance des autres, performance sur laquelle on n a aucune emprise ni aucun renseignement. Il est donc plus raisonnable de se consacrer à la seule chose sur laquelle on ait un réelle prise : la qualité technique. On comprend alors que le rôle de l entraînement doit être de développer certaines habiletés (capacité à lacher sans faire bouger l arme, stabilité,...) et de préparer l enchaînement type (la séquence) qu il s agira de reproduire le plus fidèlement possible le jour de la compétition. Tout le reste de la préparation consistera à préparer sa volonté à suivre ce schéma avec une volonté exemplaire. Jean-pierre AMAT
Air Force
Air Force
Membre
Membre

Nombre de messages : 16192
Inscription le : 13/09/2008
Pays : FRANCE

Revenir en haut Aller en bas

Gérer le stress des compétitions Empty Re: Gérer le stress des compétitions

Message par LEVY-BENCHETON Gabriel Jeu 7 Déc - 6:57

Faut-faire attention aux recettes des autres... Chacun est une "personne" différente, construite mentalement des autres de façon différente, ce qui marche pour certains, ne marche pas pour d'autres, etc. (si on veut faire de la psychologie de tireur, ptdr ).
Une seule chose de vrie et qui marche... "vider" son esprit pour que celui-ci ne soit plus "distrait" par autre chose que le temps présent. Notre esprit doit pouvoir se raccrocher à ce que nous maîtrisons (ex: techniques de visée, de lâcher, etc...), boire une gorgée d'eau si nécessaire et éviter, lors de la visée de: compter les points perdus ou acquis, ressasser un coup de doigt, etc... le résultat si cela n'est pas appliqué est: bras qui tressaute, bouffées de chaleur, vue qui se trouble, etc....bref, tous les symptômes du trac que tous connaissent.
une petite anecdote pour illustrer mon propos, dans les années '80, Match contre les tireurs de l'équipe d'URSS au retour des JO. spectateur du 50m pistolet libre, j'assiste comme ceux présents aux tirs du champion du monde et recordman de la discipline de l'époque. troisième série, il lâche un 6 à 6 heures... tout le monde se dit, qu'il va craquer.... impassible, il renvoie sa cible et aligne 13 "10" d'affilée.... sans broncher, comme si de rien n'était et comme si le "6" n'avait jamais existé! ...qu'a-t-il mis en oeuvre pour se reprendre? lui seul le sait! bravo
LEVY-BENCHETON Gabriel
LEVY-BENCHETON Gabriel
Membre Senior
Membre Senior

Nombre de messages : 457
Inscription le : 30/09/2015
Pays : FRANCE

Revenir en haut Aller en bas

Gérer le stress des compétitions Empty Re: Gérer le stress des compétitions

Message par eiffel Jeu 7 Déc - 11:06

Si on parle bien du fameux Melentiev, moi je sais ce qu'il a mis en oeuvre... Plutôt chimique et pas bien jolie comme approche du sport. Il en est mort assez jeune d'ailleurs le mec...
A ne surtout pas prendre en exemple ! cnul cnul
eiffel
eiffel
Membre Hyper Actif
Membre Hyper Actif

Nombre de messages : 2217
Inscription le : 05/12/2008
Pays : France

Revenir en haut Aller en bas

Gérer le stress des compétitions Empty Re: Gérer le stress des compétitions

Message par LEVY-BENCHETON Gabriel Jeu 7 Déc - 11:23

Non, je crois, si ma mémoire ne défaille pas sur le nom, qu'il s'appelait STOLIEPIN (si ça s'écrit comme cela???).... quand il a ramené son carton qui affichait le 6, il est resté de marbre, a changé son carton, et a entamé sa série de 13 "10". Quand je tirai le Pistolet libre, un 8 ou un 7, me faisait bondir, jurer, tempêter.... pour en définitive aligner les écarts les uns derrière les autres, jusqu'à ce que je calme. Là, ce soviétique nous a scotché, et depuis, j'essaie d'éviter d'être trop expansif en cas de coup de doigt... mais comme on dit, "chassez le naturel..."langue innocent Idem pour les tireurs vitesse. Vus à l'entraînement, ils tiraient les yeux bandés, et c'étaient des 50/50, obr=tenus en tirant en aveugle... je ne crois pas que des cachets ou piquouzes les aideraient à faire çà... Comme les carabiniers, leurs armes bloqués à la douane, la Ligue de Provence et le RCM leur prêtent des armes "inadaptées" pour eux... qu'on croyait... résultats... au 60 couchés, les 3 premiers sont soviétiques avec un score à faire pâlir (de tête, je crois bien) 597, 597 et 596 ! les premiers français à peine à 590 ou 589.... avec des armes réglées pour eux.... piquouzes qui permettent cette adaptation au stress (de ne pas avoir son arme en compétition?) et ce sang froid? Je crois plutôt que c'était leur façon de s’entraîner comme des professionnels du tir et pas comme de simples sportifs amateurs. euh
LEVY-BENCHETON Gabriel
LEVY-BENCHETON Gabriel
Membre Senior
Membre Senior

Nombre de messages : 457
Inscription le : 30/09/2015
Pays : FRANCE

Revenir en haut Aller en bas

Gérer le stress des compétitions Empty Re: Gérer le stress des compétitions

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum